Contes religieux

contes_religieux

Ces contes expriment la représentation populaire de la religion.
Edifiants et graves quand il s'agit du devenir de l'âme, les contes religieux sont poétiques ou plaisants. Contes édifiants, ces derniers s'actualisent fréquemment en légendes, en étiologies du paysage local.

Ils peuvent aussi donner lieu à des récits quasiment facétieux où Saint Pierre, ayant tendance à se prendre pour son maître, est remis à sa place souvent avec beaucoup d'humour.

Beaucoup évoquent principalement la mort, le passage à l'au-delà, le devenir de l'âme, le ciel et l'enfer.

Découvrez une sélection de contes présents dans la base de données du Cerdo en cliquant sur la flèche du titre que vous aurez sélectionné.
Lisez le résumé du conte et s'il vous intéresse, cliquez sur "Lien Cerdo" pour entendre le récit conté en lançant le player.

arbre

 

Les contes religieux

Faire chauffer le four le jour des rameaux (ana.)
N° d'inventaire004304_25
Titre(s)Faire chauffer le four le jour des rameaux (ana.)
[AT] Contes religieux [n.cl.]/3. [750-849] Contes religieux
Durée01min 53s
RésuméLe jour des rameaux, nul ne devait faire chauffer son four. Un bonhomme prit le risque de ne pas respecter cette règle et mit son four à chauffer après avoir couper des épines (aubépine). Il fut condamné à chauffer son four toute sa vie et même au-delà puisqu'on peut le voir dans la lune lorsqu'elle est pleine, avec sa fourche et ses épines. version
Sujetrameau/four/épine/conte-légende-récit/lune/punition
Lieu de collecteVENDEE/La Roche-sur-Yon (canton de)/Saint-André-d'Ornay
Date de collecte1980-12-03
Languesfrançais/poitevin-saintongeais
Lien cerdoLien CERDO
DroitsToute utilisation de ce document (publication, citation, lien...) est soumise à l'autorisation de l'UPCP-Métive
Maréchal-ferrant orgueilleux (le) (ana.)
N° d'inventaire003084-1_21
Titre(s)Maréchal-ferrant orgueilleux (le) (ana.)
[AT 750-779] Dieu récompense et punit/3. [750-849] Contes religieux /Christ et le forgeron (le) [DT]/[AT 753] Le Christ et le forgeron / Christ and the smith
Durée01min 16s
RésuméUn maréchal-ferrant avait écrit sur son enseigne : "Maître maréchal-ferrant par dessus tous les maîtres". Une bien prétentieuse enseigne. Le Seigneur, voulant l'éprouver, lui envoya un ouvrier. Ce dernier, modeste, s'occupa d'un cheval à ferrer. Il lui coupa la patte, la ferra et la recolla sur le cheval qui repartit comme si de rien n'était. Le maréchal, fort surpris, voulut faire de même. Malheureusement, il ne put jamais réaliser l'exploit de recoller la patte qu'il avait coupée. fragment
Sujetmaréchal-ferrant/essence divine/conte-légende-récit/cheval/patte coupée/orgueil
Lieu de collecteVIENNE/Vouillé (canton de)/FROZES
Date de collecte1975-01-18
Languesfrançais
Lien cerdoLien CERDO
DroitsToute utilisation de ce document (publication, citation, lien...) est soumise à l'autorisation de l'UPCP-Métive
Conte "La baraque damnée et Guédon qui repousse le diable en jouant du violon" (ana.) et avant-deux aux quatre coins (inf.)
N° d'inventaire000189_17
Titre(s)Conte "La baraque damnée et Guédon qui repousse le diable en jouant du violon" (ana.) et avant-deux aux quatre coins (inf.)
[AT 800-809] L'homme dans le ciel [n.cl.]/3. [750-849] Contes religieux
Durée4min 38s
RésuméPascal Guérin narre ce conte en jouant par intermittence un avant-deux au violon. Guédon était un violoneux bien connu et qui jouait souvent à ce qu'on appelait la "Baraque damnée". Damnée, parce que c'était un lieu où l'on dansait presque tous les soirs et où Guédon faisait danser les personnes. Mais si danser était mal vu, jouer du violon et faire danser l'était plus encore, cela interdisait toute entrée au Paradis. Seulement Guédon, proche de la retraite, aurait bien voulu arrêter de jouer, mais le diable le poursuivait pour l'emmener avec lui. La seule façon de lui échapper était de jouer du violon, car lorsqu'il entendait le violon, le diable ne pouvait s'empêcher de danser. Si bien qu'un soir, Guédon joua tant et tant qu'il réussit à épuiser le diable, et profitant de cette accalmie, il voulut rencontrer Saint-Pierre. (Suite du conte sur le document titré "Guédon arrivant devant Saint-Pierre" (DCC01036-018). version
Sujetvioloniste/diable/danse/damnation/conte-légende-récit/baraque
Lieu de collecteDEUX-SEVRES/PARTHENAY
Date de collecte2003-08-23
Languesfrançais
Lien cerdoLien CERDO
DroitsToute utilisation de ce document (publication, citation, lien...) est soumise à l'autorisation de l'UPCP-Métive
Guédon arrivant devant Saint-Pierre (ana.)
N° d'inventaire000189_18
Titre(s)Guédon arrivant devant Saint-Pierre (ana.)
[AT 800-809] L'homme dans le ciel [n.cl.]/3. [750-849] Contes religieux
Durée4min 22s
Résumé(Début du conte sur le document titré "La baraque damnée et Guédon qui repousse le diable en jouant du violon" (DCC01036-017) Le diable, trop fatigué, arrêta un temps de poursuivre Guédon. Celui-ci en profita pour se rendre devant Saint-Pierre. Mal accueilli par ce dernier qui lui rappelle que sa place est en enfer, il insiste quand même pour voir comment c'est au paradis. Saint-Pierre finit par accepter, "Mais je te préviens, hein, tu rentres pas !". Alors Saint-Pierre ouvre la porte et Guédon admire le paradis puis laisse tomber son bonnet de l'autre côté de la porte. Il dit alors à Saint-Pierre que partout où se trouve son petit bonnet, il se doit d'y être. C'est depuis que, derrière la porte du paradis, on voit Guédon assis sur son petit bonnet, à l'abri du diable et de son enfer. version
Sujetvioloniste/ruse/Paradis/conte-légende-récit/bonnet/diable/enfer
Lieu de collecteDEUX-SEVRES/PARTHENAY/Paradis/Enfer
Date de collecte2003-08-23
Languesfrançais
Lien cerdoLien CERDO
DroitsToute utilisation de ce document (publication, citation, lien...) est soumise à l'autorisation de l'UPCP-Métive
Violoneux Guédon qui va chez le diable puis au paradis (le) (ana.)
N° d'inventaire003750-2_09
Titre(s)Violoneux Guédon qui va chez le diable puis au paradis (le) (ana.)
[AT 800-809] L'homme dans le ciel [n.cl.]/3. [750-849] Contes religieux
Durée01min 35s
RésuméLe violoneux Guédon était vieux, et comme tous ceux qui faisaient danser les gens, il n'avait pas sa place au Paradis, il était damné. Il alla voir Saint-Pierre, plaider sa cause, mais celui-ci le refusa et dit au diable de s'en occuper. Alors le diable vint plusieurs fois pour l'emmener, mais Guédon le fit chaque fois danser jusqu'à l'épuisement, si bien qu'il renonça. Guédon revint voir Saint-Pierre et lui demanda de voir le Paradis. Celui-ci entrouvrit la porte, mais dès qu'il fut distrait par de nouveaux arrivants, Guédon jeta son bonnet dans l'entrebâillement. Il dit à Saint-Pierre : "Partout où est mon petit bonnet il faut que je sois". Depuis on peut voir Guédon au Paradis, assis sur son petit bonnet. version
Sujetvioloniste/porte/Paradis/enfer/diable/danse/damnation/conte-légende-récit/bonnet
Lieu de collecte[Vendée ?]/[La Châtaigneraie (canton de) ?]/[Menomblet ?]
Date de collecte[1978?]
Languesfrançais
Lien cerdoLien CERDO
DroitsToute utilisation de ce document (publication, citation, lien...) est soumise à l'autorisation de l'UPCP-Métive

Des images qui parlent