B. Guerbigny & M. Camelin

Guerbigny - Camelin ©DouméB. Guerbigny - M. Camelin ©Doumé

Guerbigny-Camelin©Doumé

Résidence Laboratoire

 

Deux musiciens, deux parcours, deux approches parallèles qui laissent apparaître des points communs marqués qui font leur force et les caractérisent. Tous deux sont des passeurs de musique.

Que ce soit dans la transmission, lors de cours ou stage, ou bien sur scène, tous deux s’appuient, créent, inventent, vivent, les musiques
traditionnelles.

Un autre aspect de leur personnalité musicale qui les rapproche est la façon dont ils présentent leurs musiques.

Entre dérision et émotion, ils aiment tous deux provoquer, bousculer l’auditeur pour le rendre actif dans le partage.

L’ objectif de ces deux rencontres est de construire ensemble un univers musical, de créer un répertoire qu’ils partageront ensuite sur scène soit en duo soit en trio selon le fruit de leur rencontre.

Rien n’est fait tout reste à faire.

Le travail en amont consistera à échanger les envies musicales à laisser libre cours le cas échéant à la création mélodique issue d’idées de souhaits de projections.

Une préparation bien normale à toute rencontre sans chemin prédéterminé, sans direction préétablie, sans esthétiques prédéterminées : une forme de liberté.

Maison des Cultures de Pays / UPCP-Métive
Du 05 au 09 octobre 2020

Parcours des musiciens

Benoit Guerbigny

Né à Paris, Benoit Guerbigny a dès le collège joué  dans les bals folk. Il a ensuite appris le saxophone au conservatoire.

Mais la passion pour le bal et la rencontre d’un bûcheron accordéoniste ont déterminé à jamais  sa vie. Histoire significative et hautement symbolique, le bûcheron lui a offert son accordéon et lui a dit : “ Apprends à jouer, et quand tu t’achèteras un accordéon donne celui-ci  à quelqu’un pour qu’il apprenne à son tour ”. C’est bien là, dans les musiques traditionnelles,  que réside tout le suc de la transmission.

Attiré par l’ambiance festive du Poitou, il y plante ses racines.

Depuis, il sème sa musique à travers le monde avec les groupes Buff’Grôl,  Duel en Sol Majeur, le Duo Guerbigny Thébaut, les Moiss’batteurs, la fanfare l’étrange Gonzo, , le Trio Benoit Guerbigny...

« Sur ses genoux, le “trois rangées” s’essouffle, s’abandonne... Sa main droite terriblement mélodieuse, fleurissant jusqu’à l’ivresse, renforce la rythmique, pendant que la main gauche galope d’une basse à l’autre, doublant parfois la
mélodie. Esprit créatif et entreprenant, curieux de tout et gourmand du reste, il a la volonté de visiter un espace sonore au-delà des répertoires formels » Claude Barrault (musicien).


Discographie :
K7 Buff Grôl « Trio vocal et instumental » KUP 76 Geste Edition
Cd ORJ et Musicien Poitevin « En avant two » cdup 101 geste édition
Cd « Ballade musicale en deux sèvre » du conseil général 01 79 2000
Cd Accordéon pas pareil Vol 2 cdup 85 geste édition
Cd Duo Guerbigny Pacher « Duel en Sol Majeur » Metive/Duel 001 L’Autre
distribution
Cd Buff Grôl « Tarale » MPJ 111002 Harmonia mundi distribution («
Recommandé » le Répertoire du disque compact et « choc de la musique ».
Cd Duo Guerbigny Thébaut « Les pieds sur la braise » Gonzo 011 L’Autre
distribution (primé « 3 clés Télérama », « Bravo!!! » Trad’Magazine et «
Recommandé » le Répertoire du disque compact)
Cd « La généreuse » Trio Benoit Guerbigny en compagnie Gonzo 17/l’Autre
distribution 2006
Cd Trio Guerbigny « les pieds sur la braise Volume 2 » 2008
Cd Duo Coffineau-Guerbigny « Mettez le Pied Là » Gonzo 21 Collectif Gonzo
Cd Tout Droit Gonzo 22 de l’Effet Dulogis

Maxence Camelin

Maxence Camelin Chanteur, danseur, cornemuseux, saxophoniste

Parcours
Pendant son enfance passée au Caire, Maxence eut un attrait très fort pour la musique avec quelques cassettes qui ont bercées ses journées notamment Fela Anikulapo Kuti.

Les musiciens du Nil pour lesquels il avait une fascination inconsciente l’on mené aujourd'hui à être spécialisé dans les hautbois populaires et les cornemuses que l'on retrouve sous des formes différentes avec quelque fois des formes spéciales comme le Mizmar Arghûls.

Maxence étudie d'abord le piano à 6 ans lorsque qu’il arrive à Berlin en 1986 et puis le saxophone à l'âge de douze ans a son arrivée à Paris avec comme rêve de jouer comme Fela.

En école de Jazz il découvre John Coltrane qui bouleverse sa vision musicale. A 18 ans il délaisse le jazz pour des musiques plus « actuelles » dans différents styles musicaux (funk, rock progressif, expérimental, fanfares de l'est, musique africaine, musiques de films...)

En 1999 il rejoint l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg pendant six ans en spécialisation « Art » mais préfère s’orienter vers la musique et le spectacle vivant.

A 24 ans il devient musicien professionnel et découvre au même moment le monde des cornemuses et hautbois traditionnels . C’est tout naturellement qu’il intègre des groupes de musique médiévale et de bals traditionnels.

Parallèlement il suit une formation de Musicothérapeute de deux ans qui l’amène à s'intéresser à toutes les musiques et leurs différentes fonctions et effets sur la psyché et l'émotionnel.

Maxence enseigne actuellement le hautbois au Centre Occitan Des Musiques et Danses Traditionnelles de Toulouse et donne régulièrement des stages de pratique ou de fabrication d’anches.

Musiques traditionnelles
En 2004 il achète son premier hautbois du Languedoc et sa première cornemuse, une musette du Centre et intègre alors des formations de bal, ou d’animation de rue.

En 2007 il découvre la Bodega et c’est la révélation. Il se spécialise plus tard dans cet instrument jusqu’à confectionner les anches creusées qui lui ont demandées quelques mois de recherches. Au même moment il suit les cours du DEM avec Xavier Vidal et s’immerge complètement dans ce monde, écoute le maximum de sources et rencontre des enquêteurs/joueurs.

Le fruit de ces recherches a donné un disque « Quand la craba crabirarà » produit par l’AEPEM en 2016.

Parallèlement à la bodega, il se spécialise dans les hautbois populaires, qu’il enseigne maintenant.

Premiers extraits de photos sonores de résidence

Valse

Rondeau

Résidence de Benoit et Maxence

Retour