Avec qui ?

Téléchargements
PDF - 63.2 ko
Aurelie BRAYET
PDF - 58.3 ko
Jacques JULIEN
PDF - 25 ko
Joelle MINVIELLE MONCLA
PDF - 60.1 ko
Pascale LARONZE
PDF - 63.2 ko
David KHATILE
PDF - 68.4 ko
Marijana PETROVIC-RIGNAULT

Participants à l’université populaire d’automne

Jacques JULIEN :
  La mémoire n’est pas une machine.

Maître de conférence en ethnologie à l’université Denis Diderot Pari VII. Après une formation de physico chimiste, il a effectué des recherches dans ce domaine. Sa participation à un séminaire de Jorge Vieira da Silva a suscité une reconversion vers l’écologie, aboutissant à la création du Laboratoire d’Étude des écosystèmes. Il a collaboré avec Robert Jaulin au Département d’Ethnologie et Sciences des Religions. Il est également musicien amateur, membre du groupe Caramentran et président de l’agence des musiques traditionnelles en Auvergne, militant de "On connaît la chanson" organisatrice des rencontres de Marc Robine, animateur et président de Maisons paysanne de France en Ardèche. Actuellement, il met en place, avec son épouse, un lieu alternatif pour initiatives culturelles, artistiques, économiques...

Aurélie BRAYET :
 Ma cocotte bien aimée... L’objet, les mémoires et l’oubli.

Diplômée en gestion et valorisation des patrimoines, actuellement chargée de cours à l’Université de Saint-Étienne et chargée de mission « Patrimoine » pour Saint-Étienne Métropole, elle réalise actuellement une thèse de doctorat sur l’histoire et la mémoire des Arts Ménagers et plus particulièrement l’univers de la cuisine. Commissaires des expositions Jours de lessive, les techniques de lavage depuis la Mère Denis (2006), Cultivons notre patrimoine quotidien ! (2007) et La Bartassaille dans tous ses états, ustensiles de cuisine innovants d’hier et d’aujourd’hui (2008), elle donne une importance particulière au recueil de mémoires, et l’étude des objets de notre quotidien. Ouvrage : Revivre, Les victimes de guerre de la Grande guerre à Saint-Etienne, 1914-1935 (PUSE, 2007) Ouvrage : Ma cocotte bien aimée, histoire et mémoire d’un objet quotidien (PUSE, février 2009).

Joëlle MINVIELLE :
 (R)éveil des sens, la mémoire du corps.

Marijana PETROVIC-RIGNAULT :
 Passeurs de mémoire : Utopistes, chroniqueurs, techniciens, blagueurs et philosophes.

Marijana Petrović, est Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université de Picardie, membre de l’UMR 7107 (Langues et Civilisations de Tradition Orale). Sa thèse, porte sur la "Description syntaxique et sémantique du valaque (un parler daco-roumain de Serbie)" : elle aborde aussi la question de l’identité valaque et les problèmes sociolinguistiques d’un parler à tradition orale, mais aussi la typologie,les contacts de langues, etc. Elle travaille de concert avec Jean-Léo LEONARD : Maître de conférences HDR à l’université de Paris 3, membre de l’UMR 7018 (Phonétique et Phonologie). Sa thèse de doctorat présente la variation dialectale de l’île de Noirmoutier à partir d’enquêtes sur l’histoire orale insulaire. Depuis avril 2009, il a entrepris de réaliser une nouvelle série d’enquêtes sur la mémoire et le poitevin dans l’île de Noirmoutier, vingt ans après..

David KHATILE :
 Descendants d’esclaves noirs : Une mémoire minorée.

Il est né à la Martinique en 1969. Musicien traditionnel (percussions et chants) et chercheur en ethnologie de la danse et en traditions orales à la Martinique. Il est docteur en ethnologie de la danse (2OO6, Paris VIII). Ses études universitaires sont consacrées à la danse et plus particulièrement à la Haute-Taille, un genre martiniquais de contredanse française. Il est également diplômé du Conservatoire National de Région de Saint-Maur (94) en percussions classiques et solfège (diplôme de fin d’études) et du CIM (école de Jazz à paris) en arrangement-orchestration et direction d’orchestre. Il est membre du CIRIEF (Centre International de Recherches Interdisciplinaires en Ethnomusicologie de la France) et de l’AFEA (Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie). Il participe depuis quelques années à des colloques et conférences sur des problématiques touchant à la fois à l’identité, au patrimoine, aux processus de création dynamique dans des pratiques culturelles antillaises, ainsi qu’à l’analyse formelle et l’ethnographie du conte et des faits langagiers à la Martinique. Il publie dans ce cadre deux articles dans la revue du CIRIEF (actes du colloque de Nice 2007) et aux presses universitaires de Rennes (Actes du colloque de Poitiers 2008) et un ouvrage en cours de parution sur l’anthropologie de la contredanse à la Martinique.

Pascale LARONZE :
 Le vélo photo de Madame Yvonne

Comédienne, sociologue ; Elle crée en 1981 à Strasbourg, la Compagnie Papier Théâtre (Spectacles pour jeune public et adolescents). Depuis 1995, elle met en place, dans le département des Côtes d’Armor, un projet de développement culturel en milieu rural et crée le lieu de création et de diffusion « La Quincaillerie ». Elle participe et coordonne différents projets sur le souvenir et la mémoire des quartiers populaires.
Ouvrage photos, textes « On était pas privé de dessert... » en 2000 (épuisé)

 
Site réalisé et hébergé par Scène Service | Conception graphique : phaSme création graphique