Intervention Pierre Guillard

Pourquoi est-ce que l’on ment ? A cette apparemment banale mais complexe question, les conteurs et les chanteurs de l’ancienne société paysanne commençaient leurs récits oraux de cette façon : « Plus j’vous dirai ! Plus je mentirai ! Je ne suis pas payé pour vous dire la vérité ! »et « Je vais vous dire une chanson qu’est rien que des mensonges ! S’il y a mot d’vérité d’dans je veux que l’on m’y pende oh oui dam ! » Mensonge/ vérité : l’un n’allant pas sans l’autre. Façon courte mais efficace de poser cette dualité. Que doit-on croire comme vrai et/ ou comme faux ? Pour tenter d’expliquer « Pourquoi ment-on ? » et les raisons du recours au mensonge, nous reviendrons sur les formes, les causes, les circonstances et les conséquences du mensonge. Seront reprises des définitions et des illustrations du mensonge notamment puisées dans les corpus de collectes de folklore/ des traditions populaires/ du revivalisme contes, légendes et de chansons mais également dans les récits légendaires contemporains (rumeurs, ragots). Sans oublier que le mensonge est considéré comme un péché non mortel par l’église mais un péché quand même. Fut-il parfois pieux : le pieux mensonge. Ce détour nous permettra, en l’articulant à des situations et des exemples très contemporains (médiatisation, positions politiques, situations judiciaires) de questionner le statut exact de la vérité (intime conviction, déni, manipulation, intox).
 
Site réalisé et hébergé par Scène Service | Conception graphique : phaSme création graphique